Alexandre Vanautgaerden

  • Devant les oeuvres de Fabienne Verdier, le regard du spectateur se fait contemplatif. Cette peintre a réussi à concilier, dans ses tableaux, art moderne et tradition orientale, exprimant avec tant de puissance par sa peinture l'harmonie et le chaos, mais aussi le mystère de la beauté du monde.
    L'ouvrage, qui accompagne la rétrospective sur cette artiste qui se tiendra au musée Granet, à la Cité du livre et au pavillon de Vendôme d'Aix-en-Provence met en lumière son parcours artistique jalonné de confrontations avec des systèmes de pensée issus de cultures et d'époques différentes. Son processus de création se nourrit d'une hybridation des savoirs et se manifeste au moyen d'inventions techniques (immenses pinceaux munis d'un guidon de conduite, alliages de glacis, esquisses filmiques). Cette hybridation des savoirs apparaît clairement dans les trois lieux où se déroulera l'exposition. S'il sera possible de suivre au musée Granet le parcours artistique de Fabienne Verdier, à la Cité du livre on découvrira ses recherches sur lest liens entre la peinture et la musique, en particulier sur les quatuors à cordes. Enfin, le pavillon de Vendôme présentera le projet basé sur le lien entre le langage et les formes plastiques et, plus spécifiquement, proposera de découvrir de grandes oeuvres réalisées à partir de quelques paires de mots : labyrinthe-liberté, force-forme, vide-vibration, chant-catastrophe.
    Le livre plonge dans l'oeuvre picturale et l'univers artistique et spirituel de Fabienne Verdier.
    Un parcours chronologique explore les divers moments de la biographie de l'artiste et met en lumière son lien avec la peinture des lettrés en Chine, puis avec l'art expressionniste abstrait et la peinture flamande, pour se poursuivre jusqu'à des recherches sur les ondes sonores et picturales. Sa poésie évolue autour d'une réflexion sur son immersion dans la nature, une pratique qu'elle définit elle-même comme étant l'« atelier nomade ». Ses derniers travaux sur le territoire de la montagne Sainte-Victoire, sujet cher à Cézanne, illustrent cette démarche.
    L'atelier nomade fait toutefois converger bien d'autres thématiques : l'évolution de son atelier, bien évidemment, mais également l'influence du contexte et du paysage, ainsi que le développement de nouveaux outils pour la peinture.

  • Fabienne Verdier travaille comme un peintre lettré chinois, consignant dans ses carnets des maximes et des images qui l'aident à penser le monde. Lire ces carnets nous permet de pénétrer dans la fabrique de l'oeuvre et d'observer comment naissent les intuitions picturales de l'artiste.
    Page après page, ils constituent un passionnant voyage dans la pensée profonde que traduira la gestuelle du peintre. Alexandre Vanautgaerden a retranscrit l'intégralité des textes de ces carnets qu'il présente au lecteur comme un petit traité de méditation sur la peinture et la mystique des Maîtres flamands.
    Voici donc un Livre d'heures moderne, où l'essai de commentaire d'Alexandre Vanautgaerden se mêle à des pensées de sagesses venues d'Orient comme d'Occident, à des poèmes, des citations de grands peintres et aux facsimilés des carnets de l'artiste.

empty