Catherine Legrand

  • Que retenons-nous des personnes que nous croisons ? Une silhouette, un vêtement, un accessoire ? Quand la styliste Catherine Legrand voyage, elle pose un regard averti sur les cultures vestimentaires et met en résonance les savoir-faire et les inspirations à travers le monde. Car de la tunique hmong ou boubou haoussa, du huipil amérindien à la blouse roumaine, nos habits tissent des liens insoupçonnés...

  • La beauté d'une femme croisée sur un marché, l'élégance d'un homme dans son échoppe.
    Le vêtement de l'autre est ce que l'on aperçoit en premier quand on découvre un nouveau pays : n'en déplaise au dicton, "l'habit fait le moine" !
    Chaque vêtement exprime une identité, un statut social. Hmong ou Yao, Indien Rabari ou Yoruba du Bénin, Kuna panaméen ou Quiché guatémaltèque ... : au Vietnam ou ailleurs, on croise au fil de ses voyages des gens simples, au quotidien rude, mais qui témoignent d'une élégance et d'un raffinement rares. Tisserands, teinturières, brodeuses, couturiers : tous cultivent la beauté et affirment la singularité de la région du monde où ils sont nés.
    A travers le récit de ses voyages, Catherine Legrand nous invite à découvrir le savoir-faire de ces créateurs anonymes, auxquels elle rend hommage et dont elle dévoile quelques secrets de fabrication (tissage, appliqué, indigo...).
    Ce livre, assemblé comme un beau vêtement qui serait composé de photos, d'échantillons, et de croquis, est une balade textile à travers le monde, de l'Asie au Bénin en passant par la Roumanie et l'Amérique centrale.
    Le styliste, le designer, la couturière ou le simple amateur de vêtements y puiseront leur inspiration ; le voyageur y trouvera des idées de destinations inédites.

  • Le bleu est une couleur universelle, celle de l'humble comme du noble, du rentier comme de l'industrieux, du travailleur manuel comme du banquier.C'est la chemisette bleue et le bermuda délavé de l'Américain de Nouvelle-Angleterre comme la tunique du paysan chinois repiquant du riz dans la brume des montagnes du Guizhou. C'est le tablier sur lequel la lavandière s'essuie les mains, le droguet du maquignon, la salopette graisseuse du mécanicien, le blue-jeans du fermier photographié par Walker Evans.Catherine Legrand a parcouru pendant plus de 2 ans la planète pour réaliser ce travail exceptionnel sur la manière dont l'Indigo est cultivé et utilisé dans le monde aujourd'hui.Elle a en rapporté une iconographie et des témoignages qui font de ce beau livre une référence unique sur ce sujet.Vous trouverez dans cet ouvrage :* une série de diptyques photographiques où la styliste Catherine Legrand nous emmène dans un périple textile sur l'indigo ;* un carnet de voyage qui appréhende l'ensemble et les détails du vêtement, du tissu, de sa matière, de sa couleur, de ses secrets, de sa fabrication.

  • 300 accessoires du monde entier.

    Depuis sa toute première aumônière, confectionnée en 1977 pour sa marque de vêtements À La Bonne Renommée, la styliste Catherine Legrand n'a jamais cessé de s'intéresser aux accessoires. Entre nostalgie pour les colifichets du passé et fascination pour l'immense richesse des accessoires ethniques, elle chine, collectionne, voyage et note tous les détails qui font l'élégance d'une tenue et la singularité d'une personne. Elle nous invite à un tour du monde des accessoires, du Japon au Pérou, en passant par Madagascar, la Finlande ou la Chine, comme une source d'inspiration inépuisable, un catalogue des formes et des savoir-faire, une invitation au rêve...

    Catherine Legrand participe en tant que graphiste à la fondation du Théâtre du Soleil en 1963. Maquettiste à New York et Paris, elle devient ensuite créatrice textile et styliste. Elle crée la marque À La Bonne Renommée et ouvre avec une amie, en 1977, une boutique où sont exposées leurs créations conçues autour de thèmes ethniques. Elle a publié plusieurs ouvrages aux Éditions de La Martinière : Textiles et vêtements du monde (2007), Carnet d'inspirations textiles (2008) et Indigo. Périple bleu d'une créatrice textile (2012). Enfin, elle est à l'initiative de l'exposition « Indigo. Vêtements et textiles », accueillie par plusieurs musées en France et à l'étranger.

    Sophie Tramier photographie les univers de la gastronomie, de l'art de vivre, du luxe et du design tant pour l'édition que pour la presse. La singularité de son regard, avec ses mises en scène poétiques et la magie de sa lumière, signe son style. Aux Éditions de La Martinière, elle a publié Pêches de haute mer (2006).

empty