Rvb Books

  • Erwin Wurm photographs

    Erwin Wurm

    Erwin Wurm Photographs est publié à l'occasion de la première rétrospective consacrée par la Maison Européenne de la Photographie à sa pratique photographique. L'ouvrage éclaire le travail d'Erwin Wurm, artiste de renommée internationale, sous ce nouvel angle. Réunissant quelques 280 photographies réalisées depuis la fin des années 80, cette publication exhaustive présentera aussi des planches contacts originales et des tirages provenant des archives personnelles de l'artiste, qui n'ont encore jamais été dévoilés au public. L'ouvrage explore le processus artistique par lequel l'artiste autrichien réalisa des oeuvres majeurs tel que les Dust Sculptures, "Fabio Getting Dressed" ou encore les célèbres One-Minute Sculptures et dévoile aussi les récents Polaroids grand format.

  • Philippe jarrigeon play /francais/anglais Nouv.

    Qu'il s'agisse de natures mortes, de portraits, de paysages, d'architecture ou de photographies de mode, Philippe Jarrigeon revisite ses archives et compose, pour son premier livre au titre manifeste «PLAY», une séquence originale qui couvre plus de 10 ans de pratique photographique. Adepte du pas de côté il a façonné un univers singulier et haut en couleur, dans lequel il est question pêlemêle de l'esthétique des plateaux télé des années 90, de cinéma anglais, d'amusement et de fantasmes. Sa vision personnelle de la pop culture en somme.

  • Avec Muddy Dance, Erik Kessels manifeste à nouveau son goût pour la photographie vernaculaire et poursuit son travail de réappropriation. Son geste célèbre cette fois avec humour la beauté du football : il prend une sélection de photos amateur sur des joueurs de foot et enlève le ballon, changeant les mouvements de jeux en chorégraphies drôles et poétiques exécutées sur terrain boueux. Muddy Dance est à la fois le livre de foot pour amateurs d'art et le livre d'art pour amateurs de ballon rond.

  • La série Phénomènes documente des lieux de recherche scientifique consacrés à l'analyse et la reconstitution de phénomènes naturels, principalement météorologiques et astrophysiques. Ainsi se côtoient avalanches, ouragans, tremblements de terre, éruptions volcaniques, aurores boréales, mais aussi étoiles filantes, collisions de trous noirs, impacts de météorites, paysages martiens et espace profond de l'univers, méticuleusement mis en scène en laboratoire par les chercheurs et choisis soigneusement par Marina Gadonneix pour leur faculté à faire image. À la faveur d'un constant jeu d'échelle entre le réel observé et sa simulation reconstruite, la photographe interroge la fabrication énigmatique de représentations issues de dispositifs d'expérience, d'observation et de manipulation.

  • Anglais Luce lebart gold & silver

    Lebart Luce

    Avec Gold and Silver, l'historienne de la photo Luce Lebart offre une relecture contemporaine d'un fonds d'archives inédit sur la ruée vers l'or en Californie, conservé au Musée des Beaux-Arts du Canada. Le photographe de l'époque est intervenu à posteriori sur les clichés tirés sur métal, agrémentant les ruisseaux de poussière d'or ou rehaussant les tamis de chercheurs d'or de pépites. Le design du livre vient souligner les liens entre l'or du grand Ouest et l'argent, deux métaux utilisés dans la photographie.

  • Philippe Durand est le lauréat du deuxième concours de photographie de la grotte Chauvet. Le livre Chauvet, L'aventure Intérieure est le résultat de ses visites privilégiées au sein de la grotte originale ayant donné lieu à autant de sessions photographiques. Il s'est volontairement éloigné des représentations objectives pour révéler une grotte plus intime, plus subjective. Pour cela, il a employé la technique des expositions multiples à laquelle il associe des filtres de couleurs.

  • Nouvelle série de la photographe Noémie Goudal, réalisée en montagne dans une référence constante à l'histoire de la géologie et aux anciennes conceptions de la formation des roches. Un livres accompagne la série, expliquant notamment le procédé technique utilisé par l'artiste pour réalisées ses photographies destructurées in situ.

  • Des milliers de photographies et de films furent produits en France, entre 1915 et 1938, dans le cadre d'une politique nationale d'encouragement à la recherche scientifique et industrielle. Ces images méconnues sont les témoins visuels de vingt années de recherches et d'inventions qui, d'abord ancrées dans la guerre et la défense nationale, s'orientent ensuite vers la vie civile et domestique. Ces archives argentiques dessinent les contours d'une histoire de l'innovation. Dans une exposition présentée aux Rencontres d'Arles à l'été 2019, la commissaire Luce Lebart raconte cette histoire en construction, celle de l'institutionnalisation de la recherche.

  • Bleu melody

    Tony Frank

    Le livre Bleu Melody de Tony Frank recueille l'intégralité des documents photographiques produits en 1971 pour la couverture et l'intérieur du plus mythique des albums de Serge Gainsbourg. La reproduction des planches contact, des pochettes d'ektas et des tirages de lectures ainsi que les propos du photographe dévoilent les coulisses d'une photo qui a fait le tour du monde et mettent en lumière la dimension historique de ce cliché.

  • Ce catalogue en français accompagne l'exposition carte blanche proposée à l'artiste par la Maison Européenne de la Photographie (rebaptisée pour l'occasion Maison Marocaine de la Photographie) du 11 septembre au 24 novembre 2019. Pape du pop art marocain, au point que Rachid Taha l'a surnommé Andy Wahloo, ce photographe à l'esthétique colorée puisant son inspiration entre l'Afrique du Nord et le Royaume-Uni nous promet une immersion dans un univers mêlant tradition et modernité, culture et pop-culture.

  • Les photographies qui composent le livre de Tabitha Soren Surface Tension sont des reproductions à la chambre 20x25 de l'écran de sa tablette numérique. En arrière-plan, derrière les traces de doigts qui recouvrent ce dernier, figure un corpus d'images provenant aussi bien de l'historique de ses recherches internet, des réseaux sociaux qu'elle consulte que des sms qu'elle reçoit. Des clichés de feux de forêt, de protestations, de répressions policières, des clichés qui constituent l'actualité et que nous consultons quotidiennement et souvent de manière machinal. Son geste artistique met en évidence la constante interaction que nous entretenons avec notre téléphone et évoque la réalité collective de millions d'humains constamment attirés par leurs écrans et qui à force de recevoir un flot incessant d'informations en constant renouvellement, oublie peu à peu qu'ils participent aussi au monde physiquement et collectivement. Le livre est accompagné d'un essai écrit par Jia Tolentino, rédactrice pour le New Yorker et autrice de la collection d'essais intitulée « Trick Mirror: Reflections on Self-Delusion ».

  • Le cornichon est une figure récurrente dans l'oeuvre d'Erwin Wurm. En 2008, il réalise une installation intitulée Selbstportät all Gurken (Autoportrait en cornichons), et dispose, chacun sur son piédestal tous les cornichons du contenu d'un bocal répliqués en résine peinte. Chaque condiment a ensuite été photographié avec le même protocole de prise de vue. Le livre d'artiste Self-Portrait as 47 Pickles réunit cette série.

  • Au tournant des années 1980, Étienne Daho était un jeune homme comme les autres vivant à Rennes, mais déjà un enfant terrible du rock avec son groupe Les Stinky Toys. Les photographies de Pierre René-Worms, des flyers, affiches, coupures de presses et notes nous font entrer dans l'univers intime de Daho avant le succès qu'on lui connait. Couverture toilée disponible en rose ou vert.

  • Pendant trois ans, David de Beyter a suivi les « Big Bangers », une communauté du Nord de l'Europe qui pratique le crash de voiture comme un art de vivre. Sur les circuits, les parkings, les champs dénudés, l'artiste a su capter l'essence d'une pratique qui façonne les paysages de son enfance. Damage Inc., avec son impression noir et blanc, les doubles pages de collages qui restituent par fragment les voitures et les slogans qui illustrent la philosophie des adeptes, s'inspire directement de l'esthétique des fanzines originaux créés par les « Big Bangers ».

  • Anglais Erik kessels shit

    Kessels Erik

    Il n'y a ni dignité ni pudeur en temps de guerre. Erik Kessels s'intéresse à une facette pour le moins inhabituelle du conflit, un aspect sur lequel les livres d'histoire ne s'attardent généralement pas. Malgré l'horreur et le chaos qu'engendrent les hostilités, certains moments de la vie quotidienne demeurent inéluctables, même sur les champs de bataille. Le livre Shit rassemble les clichés d'époque de soldats allemands déféquant au combat pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • Depuis la naissance de la ruche moderne en 1852, la construction des ruches ne fait plus preuve d'innovation structurelle. En privilégiant la ruche cubique standardisée, l'apiculture tourne le dos à 4 400 ans de diversité architecturale. Ce bref ouvrage s'intéresse à la période qui précède l'homogénéisation, en remontant jusqu'à - 2 400. Le rejet d'un récit figé permet au polymorphisme de prendre le pas sur la linéarité. L'histoire des ruches est racontée d'un nouveau point de vue, à travers le graphisme, la photographie et le texte. 375 illustrations donnent un aperçu de l'histoire prolifique de l'architecture destinée aux non-humains.

  • Avec Graffiti, Antonio Xoubanova fait référence au mouvement artistique urbain apparu dans les années 70 à New York, mais surtout pour sa dimension égotique, identitaire. C'est l'acte de marquer de son nom la ville, de répéter son « tag » sur un territoire, d'affirmer son existence, qui intéresse ici le photographe espagnol. Il a consacré 4 années à ce corpus photographique hybride qui confronte des images faisant aussi bien référence à la communication, la nature ou les réseaux sociaux. Ce livre-objet renferme plusieurs éléments découpés dans sa jaquette, un poster plié.

  • Dans leur série d'images « Paparazzi », le duo d'artistes Mazaccio et Drowilal utilisent et détournent les images de ces photographes chasseurs d'images, et établissent une typologie de comportements de célébrités. "The Beach", "Bike Riding", "Surfing", leurs titres sont plus qu'explicites. Si ces représentation tendent à montrer qu'ils mènent une vie « normale », elles affichent toutefois les codes qui marquent leur appartenance à une classe à part. En décontextualisant ces modèles et en travaillant sur leur accumulation, les artistes neutralisent la charge sensationnelle inhérente à leur représentation et mettent à nu l'idéologie et le modèle de société qui se cachent derrière cet épiphénomène.

  • The Fun Archaeology s'inscrit dans la tradition du livre d'artiste, il présente la collection protéiforme imaginée par l'artiste français Thomas Mailaender. Depuis plus de dix ans ce dernier a rassemblé des milliers de documents collectés aussi bien aux puces, sur le net, dans des ventes de charité qu'à même la rue. Un large spectre de matériel qui va de la relique de guerre à la photographie pornographique vintage, de l'album de photo de famille au tract politique, de la création amateur à l'épreuve d'artiste signée. En ordonnant et confrontant ces documents Thomas Mailaender propose son archéologie personnelle et visuelle du 20ème siècle. Chacune des images sélectionnées pour la publication est légendée et restituée dans son contexte d'origine dans un index à la fin du livre.

  • À l'occasion de sa résidence LVMH Métiers d'art, l'artiste française Amandine Guruceaga investit la tannerie Riba Guixà à Barcelone. Elle y réalisa une peinture performative à même le sol durant 6 heures. En émergea une série de tableaux vivants dans lesquels les pigments se mêlent aux produits chimiques des tanneurs et marquent les peaux. Cet ouvrage, demi-relié de velours et sous coffret, présente les oeuvres de cette résidence.

  • Après un an de recherche à la Fondation Vasarely d?Aix-en-Provence, Oran Hoffmann s?est approprié les matériaux originaux des oeuvres de Victor Vasarely. Il en a isolé les différentes parties puis il les a photographiées chacune séparément. Hoffmann s?affranchit ainsi de la dimension spectaculaire des oeuvres de Vasarely, nous en dévoile les coulisses et nous conduit à la genèse de leur création. Avec ses compositions photographiques minimales, Oran Hoffmann explore l?univers de Vasarely et en élabore aussi une interprétation contemporaine.

  • Pierre david nuancier

    David Pierre

    Pierre David a réalisé ce nuancier de couleurs de peaux lors d'une résidence au Musée d'Art Moderne de Salvador da Bahia, au Brésil. La pigmentation du dos de quarante employés du MAM a été photographiée et répertoriée pour donner lieu à une classification des carnations. Dans un livre d'artiste qui prend la forme d'un nuancier, les couleurs s'observent graduellement, soit dans leur succession, soit dans la simultanéité de leur éventail déployé. L'envers du livre révèle les portraits de ces hommes, classés selon la même progression chromatique que les détails de peau, de la carnation la plus claire à la plus foncée. Les teintes ont été codifiées et produites industriellement par le fabricant de peinture hollandais Sikkens/Akzo Nobel.

  • Gone Fishing relate, sous la forme d'un recueil de correspondances fictives, l'épopée moderne d'un jeune homme qui préfère les vacances entre potes à ses nouvelles responsabilités de père. Au fil des lettres, Thomas Mailaender dresse le portrait peu flatteur d'un Ulysse adulescent davantage inspiré par la bière, la pêche au gros et les parties de ping-pong que par les joies de la paternité. Chacune des 19 lettres ici rassemblées, est illustrée d'un portrait du jeune père effectuant un exploit d'une banalité consternante censé excuser son absence. Ces images sont des photomontages réalisés par l'artiste à partir de photos d'amateurs collectées sur internet.

empty