Actes Sud

  • Quatrième volume de la collection "Savoir & faire", cette encyclopédie est consacrée à l'extraordinaire diversité des textiles à travers le monde. Des premières traces préhistoriques jusqu'aux "textiles intelligents", elle offre au lecteur un panorama complet de l'usage historique et actuel des fibres naturelles, artificielles et synthétiques.

  • Depuis l'histoire et la géographie des forêts jusqu'à l'utilis ation des nanoparticules du bois , cette encyclopédie couvre les dimensions scientifiques, symboliques, historiques, esthétiques et socio-économiques de l'un des premiers matériaux utilisés par l'homme. Elle s'adresse autant à l'amateur qui souhaite découvrir plus avant le matériau, qu'au spécialiste qui y complétera son domaine d'expertise par d'autres points de vue et connaissances.
    Cinq grands chapitres permettent de mieux comprendre le contexte et l'actualité du bois : les fondamentaux (physique, chimie, mécanique du bois, son histoire et sa symbolique...), l'usage durable de la ressource (la géographie des forêts, l'exploitation et le commerce du bois, réchauffement climatique, écoconception et construction durable...), les outils et les gestes, matière et techniques (évolution de l'usage du bois dans l'histoire et ses applications contemporaines dans l'industrie, le design, l'artisanat et la construction), avant de se conclure par une approche reposant sur les sens : le bois dans la facture instrumentale, dans la parfumerie, le bois que l'on goûte (les épices et le vin), sans oublier le regard d'artistes contemporains sur ce matériau.
    Universitaires, chercheurs, artisans, forestiers, designers, historiens, géographes, artistes, ingénieurs, architectes, parfumeur... : plus de trente contributeurs (Michel Pastoureau, Giuseppe Penone, Raymond Guidot, les frères Bouroullec, Olivier Roellinger, Patrick Jouin, Yves Weinand, Françoise-Hélène Jourda...) ont chacun abordé ce matériau en regard de leurs savoir-faire pour aboutir à une somme de connaissances unique de par sa complémentarité, associée aux grandes problématiques qui vont placer le bois et la forêt au coeur d'enjeux contemporains, tant pour la préservation de la ressource que pour montrer la diversité renouvelée de ses champs d'application.
    Cet ouvrage fait suite à la première Académie des savoir-faire organisée par la Fondation d'entreprise Hermès : «Xylomanies ! Explorer les savoir-faire du bois».

  • "On dirait que tout a commencé à Versailles. Selon l'intonation, on le dirait comme le début d'une fable ou  comme une découverte renouvelée. Il n'empêche... Tout y a sans doute commencé en effet par l'immensité d'un chantier né de nulle part ou plutôt de l'ambition d'un roi. Un chiffre suffit à dire cette  démesure : plus de 30 000 ouvriers attachés en même temps aux travaux colossaux commandés par Louis XIV. Et puis, des artisans, des artistes qui feront du château de Versailles, dans tous les domaines, un modèle. À travers eux, c'est à une visite inédite à Versailles que nous invite ce livre. Terre et pierre, métaux et bois, verre et tissus... la visite est singulière qui nous entraîne de pays en province à la recherche des meilleurs fournisseurs, qui nous fait côtoyer marchands et confréries, manufactures et académies, apprécier un devis, suivre les caprices d'une commande ou les aléas de la mode." Catherine Pégard

  • Deuxième volume de la collection « Savoir & Faire », cette encyclopédie embrasse à travers six grands chapitres toute la diversité que recouvre le mot terre. Céramistes, plasticiens, designers, sculpteurs... introduisent cet ouvrage et montrent l'extraordinaire profusion formelle permise par la plasticité d'un matériau que l'homme commença à transformer il y a plus de 25 000 ans. Les deux chapitres suivants déploient les principales étapes de l'évolution historique, technique et esthétique des céramiques (histoire de la céramique, de la faïence, de la porcelaine, des émaux et de leur composition). Le quatrième volet est consacré aux architectures de terre à travers le monde. Lui succède un panorama des céramiques techniques et de leurs usages grandissants dans une gamme toujours plus importante de secteurs d'activité. Le chapitre final est dédié aux grandes thématiques qui lient l'avenir des soles à celui de notre planète : microbiologie des sols, concurrence foncière et étalement urbain, dépollution, évolution des pratiques culturales...
    Miquel Barceló, Maria Botta, Claude et Lydia Bourguignon, Pierre Charpin, Anna Heringer, Jean Girel, Andy Goldsworthy, Kristin McKirdy, Gilles A. Tiberghien... Plus de trente contributions ont été réunies pour aboutir à cette somme alternant articles de fond et entretiens avec les grands acteurs de notre temps. Abondamment illustrée, elle explore ainsi l'usage de la terre sur l'ensemble des continents d'un point de vue artistique, technique, environnemental et historique, afin de mieux donner à comprendre la beauté et la richesse tant d'un matériau que de notre planète.

  • Ce nouvel ouvrage consacré au métal est le troisième de la collection "Savoir & faire" en coédition avec la Fondation d'entreprise Hermès, dans le cadre de l'Académie des savoir-faire créée en 2014. Célébrer «l'homo faber» dans une société dominée par une industrie hautement mécanisée, préparant l'intégration de l'intelligence artificielle, pourrait paraître, à première vue, aller à contre-courant de notre époque. Il s'agit au contraire par ce truchement d'affirmer l'apport des savoir-faire artisanaux dans l'évolution générale du devenir des hommes et de leur environnement.

  • Depuis 2010, la Fondation d'entreprise Hermès s'ouvre à la création contemporaine en permettant à de jeunes artistes d'accéder à ses manufactures. Dans une perspective d'exploration des savoir-faire, les artistes ont carte blanche pour réaliser une oeuvre originale. Le neuvième volume des «Cahiers de résidence» réunit le travail de trois artistes, Guillaume De?nervaud, Guillaume Poulain et Yuhsin U Chang, et met en avant la reproduction d'un motif du vivant sur une matière brute. Respectivement, ils ont travaillé sur le cristal, la soie et le cuir.

  • L'ouvrage est une Histoire mondiale du papier.
    Excepté peut-être le charmant Dard Hunter et son Papermaking de 1943 - encore s'arrêtait-il avant l'âge industriel -, personne n'avait tenté avec autant de détermination de mettre en perspective deux mille ans de fabrication de ce matériau essentiel et quotidien. La longue marche que la fabrication du papier entreprend en Chine, avant le début de notre ère, la conduira dans le monde arabe par la Route de la soie, puis en Occident, où elle ne sera pas acceptée aisément.
    Tandis que plusieurs pays perpétuent aujourd'hui le savoir ancestral de la confection à la main, deux cents ans d'inventions et de perfectionnements techniques hissent l'industrie papetière au rang de deuxième sphère économique du monde avec des conséquences sociales et écologiques, en proportion avec ce gigantisme, rarement évoquées. Une des originalités de ce travail est de les révéler, en même temps que les perspectives nouvelles qu'elles ont induites, concernant notamment les matières premières.
    L'histoire du papier est tissée de rêveries aussi bien que des savoir-faire, d'histoire et de technique autant que d'anecdotes curieuses et amusantes. De longues années de recherches et de compilation dans diverses archives mondiales, ainsi qu'une investigation directe et personnelle, expliquent la somme d'informations de première main, dues quelquefois à des méthodes d'aventurier! et le style vécu de cette quête passionnante.
    Une iconographie en majorité inédite et d'une étonnante variété reflète la richesse parfois insolite des lieux, des époques et des papetiers. Mais c'est également un livre pratique, qui permet de découvrir et de comprendre la différence entre les diverses sortes de papier, d'apprendre à les utiliser, voire à en réaliser.

  • François Halard pose son objectif sur cet univers unique des Cristalleries de Saint-Louis au travers d'une centaine de photographies, rendant un hommage vibrant à ces artisans, créateurs et créations. Sébastien Lapaque accompagne par son texte cette déambulation pour rendre compte de la virtuosité de ces artisans, de l'intelligence de leurs mains et du jeu permanent entre lumière, couleur et matière dont ils sont les maîtres.

  • Le huitième volume des Cahiers de résidence réunit le travail de trois artistes et met en avant la production d'un motif du vivant sur une matière brute. Sous le parrainage d'Isabelle Cornaro à la Maroquinerie de Normandie, l'artiste grec Vassilis Salpistis explore par le médium de  la peinture l'apparence de la chevelure sur les deux versants de peaux de cuir. Le cuir est également matière première dans l'oeuvre de Sébastien Gouju, qui cherche à représenter la faune et la flore à la manière des naturalistes, à la Ganterie-Maroquinerie de Saint-Junien en collaboration avec Françoise Pétrovitch. Sa démarche, scientifique et sociologique, tend à aborder le sens profond de l'écologie. Quant à Emmanuel Régent, il manie la couleur sur des blocs de cristal à la Cristallerie Saint-Louis, sous le parrainage de Michel Blazy. Il vise à capturer l'éphémère en reproduisant la couleur du ciel au moment du coucher de soleil.

  • Cet ensemble de quatre cahiers retrace la conception et la fabrication des oeuvres de quatre jeunes artistes réalisées dans le cadre des résidences Hermès. Leur séjour au sein de différentes manufactures Hermès, a permis à chacun d'entre eux de re-découvrir les techniques artisanales de la verrerie et de la maroquinerie et de les adapter à leur univers artistique.

    Chacun des cahiers est accompagné d'un DVD contenant un film documentaire venant appuyer le reportage photographie inclus dans l'ouvrage.

  • Cet ensemble de quatre cahiers retrace la conception et la fabrication des oeuvres de quatre jeunes artistes réalisées dans le cadre des résidences Hermès. Leur séjour au sein de différentes manufactures Hermès, a permis à chacun d'entre eux de re-découvrir les techniques artisanales de la verrerie et de la maroquinerie et de les adapter à leur univers artistique.

    Chacun des cahiers est accompagné d'un DVD contenant un film documentaire venant appuyer le reportage photographie inclus dans l'ouvrage.

  • Dans la continuité du projet lancé en 2010, la fondation d'entreprise Hermès réaffirme son soutien à l'émergence des jeunes artistes en ouvrant une nouvelle fois les portes de ses manufactures. Unis dans un même projet, jeunes artistes et artisans travaillent ensemble dans un esprit d'ouverture et de partage des connaissances. En donnant accès à des matériaux rares, des textures inhabituelles et des techniques ancestrales, les résidences Hermès permettent à ces jeunes artistes de réaliser une oeuvre inédite dans leur production artistique.
    Marine Class - diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris -, en résidence chez Puiforcat (Pantin), est parrainée par Richard Deacon. Elle produira une sculpture, nature morte ou «paysage domestique» en métal argenté.
    Parrainée par Susanna Fritscher, Émilie Pitoiset - diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, de l'École nationale supérieure des arts décoratifs et de l'université Paris-VIII - s'est installée à la Maroquinerie de Pierre-Bénite (territoire du Grand-Lyon). Elle poussera les savoir-faire du cuir plissé dans une réflexion sur le mouvement et sur la danse.
    Les Cristalleries de Saint-Louis (Moselle) ont reçu Atsunobu Kohira - diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et du Fresnoy -, sous le parrainage de Giuseppe Penone. Il travaillera sur le rapport du son au cristal, exploitant à la fois les techniques du chaud (le soufflage) et du froid (la taille en particulier).
    Enfin, parrainé par Emmanuel Saulnier, Sébastien Gschwind - diplômé des Beaux- Arts de Nancy et de l'École d'art de Glasgow - s'est installé à la Maroquinerie de Saint- Antoine (Paris). Il produira une oeuvre sculpturale composée de peaux précieuses tendues sur des structures de carbone et de bois, interrogeant la relation lointaine et primitive du cuir au règne animal.

  • Dans la continuité du projet lancé en 2010, la Fondation d'entreprise Hermès réaffirme son soutien à l'émergence des jeunes artistes en ouvrant une nouvelle fois les portes de ses manufactures. Unis dans un même projet, jeunes artistes et artisans travaillent ensemble dans un esprit d'ouverture et de partage des connaissances. En donnant accès à des matériaux rares, des textures inhabituelles et des techniques ancestrales, les résidences Hermès permettent à ces jeunes artistes de réaliser une oeuvre inédite dans leur production artistique.

  • Cahiers de résidence t.6

    Collectif

    Dans la continuité du projet lancé en 2010, la Fondation d'entreprise Hermès réaffirme son soutien à l'émergence des jeunes artistes en ouvrant une nouvelle fois les portes de ses manufactures.
    Unis dans un même projet, jeunes artistes et artisans travaillent ensemble dans un esprit d'ouverture et de partage des connaissances. En donnant accès à des matériaux rares, des textures inhabituelles et des techniques ancestrales, les résidences Hermès permettent à ces jeunes artistes de réaliser une oeuvre inédite dans leur production artistique.

  • Depuis 2010, la fondation d'entreprise Hermès continue d'affirmer son soutien à la création contemporaine en ouvrant les portes de ses manufactures à de jeunes artistes. Unis dans un même projet, artistes et artisans travaillent dans un esprit d'ouverture et de partage des connaissances. Pour son nouveau cycle de résidences, la fondation d'entreprise Hermès a invité les artistes Bianca Argimon, Lucia Bru et Anastasia Douka, qui ont respectivement pris leurs quartiers à la Holding Textile Hermès, à la cristallerie Saint-Louis et chez John Lobb à Northampton.

  • AN ABC OF HERMES CRAFTS

    COLL

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les résidences d'artistes de la Fondation d'entreprise Hermès ont lieu dans les manufactures Hermès. Ce programme, initié en 2010, permet chaque année à quatre jeunes artistes de développer un projet personnel avec des savoir-faire et des matières d'exception (cristal, certains cuirs, soie.). Il établit un lien entre deux grands axes qui guident le mécénat de la Fondation : la valorisation des savoir-faire artisanaux et l'aide à la création. Ces quatre premiers volumes d'une trentaine de pages illustrées de nombreuses photographies, retracent chacune de ces résidences ; ils forment le début d'une collection qui s'enrichira au fil des années.
    Les jeunes artistes plasticiens en résidence, qui sont proposés à la Fondation par des artistes confirmés choisis pour leurs qualités pédagogiques, leur expérience du travail de la matière et leur excellence artistique, ont carte blanche pour produire une oeuvre en s'appuyant sur des savoir-faire exceptionnels et en utilisant des matériaux peu accessibles. Les manufactures et leurs équipes sont parties prenantes de ce programme, et c'est l'opportunité pour leurs artisans d'aiguiser leur habileté en se mettant au service de projets inhabituels.
    Simon Boudvin, parrainé par l'artiste Giuseppe Penone, est diplômé de l'Ensba et de l'Ensa Paris. Il a développé un travail en deux temps à la Maroquinerie des Ardennes (Champagne-Ardenne). Il s'est intéressé aux vides et aux pleins générés par la coupe du cuir pour faire gainer un bureau dont les chutes du gainage ont servi à faire des moules en plâtre de formes abstraites. En parallèle, il a constitué un relevé historique, topographique et sociologique des ardoisières de Rimogne, proches de la manufacture. L'ensemble crée une installation riche de sens et d'interconnexions.
    Parrainée par Susanna Fritscher, Élisabeth Clark - jeune artiste britannique diplômée de la Slade School of Fine Art en 2008 - s'est installée à la Maroquinerie de Sayat (Auvergne). L'oeuvre réalisée est un cercle de 4,07 mètres de diamètre entièrement gainé de cuir blanc. Il est l'aboutissement de son observation dans la manufacture, en particulier sur les techniques et les gestes des artisans.
    À côté de Lyon, ville de la soie, la Holding Textile Hermès a reçu Benoît Piéron, parrainé par Richard Deacon. Ce jeune artiste a obtenu son diplôme de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris avec les félicitations du jury. Après son «immersion en mer de soie», il a choisi de réaliser une installation nomade, univers en soi(e) prenant la forme d'un lit, support de rêve et espace d'accomplissement du «drame du mariage».
    Enfin, parrainé par Emmanuel Saulnier, Olivier Sévère - diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris depuis 2002 - est allé à la rencontre des artisans verriers des Cristalleries de Saint-Louis (Lorraine) pour réaliser neuf ensembles de «pierres de cristal». En utilisant de nombreuses techniques de la manufacture, il reconstitue ainsi un cycle perpétuel de la matière : la roche se délitant en pierres puis en sable, lui-même utilisé dans la composition du cristal qui reprend l'apparence de pierres.

  • François Halard pose son objectif sur cet univers unique des Cristalleries de Saint-Louis au travers d'une centaine de photographies, rendant un hommage vibrant à ces artisans, créateurs et créations. Sébastien Lapaque accompagne par son texte cette déambulation pour rendre compte de la virtuosité de ces artisans, de l'intelligence de leurs mains et du jeu permanent entre lumière, couleur et matière dont ils sont les maîtres.

empty