• Nous devrions apprendre par coeur l'Iliade et l'Odyssée, comme des tubes de l'été, car les deux récits d'Homère constituent non seulement la musique de notre humanité mais recèlent aussi tout notre avenir. Après le succès d'Un été avec Homère, Sylvain Tesson est parti à bord d'un voilier sur les traces d'Ulysse. Pendant plusieurs semaines, il a sillonné la Méditerranée, plongé dans la mare nostrum, escaladé des volcans, rencontré des savants et des déesses de la culture, comme Andrea Marcolongo, l'auteure de La langue géniale : 9 bonnes raisons d'aimer le grec, qui ont éclairé son odyssée.
    Ce livre est donc à la fois la version illustrée d'Un été avec Homère (200 000 exemplaire vendus), mais aussi le supplément à ce voyage homérique. Il contient des légendes inédites de Sylvain Tesson, véritables poèmes en prose et des tableaux de la peintre voyageuse, Laurence Bost. A cela s'ajoutent des photos en noir et blanc du photographe Frédéric Boissonnas qui dans les années 1920 accompagna Victor Bérard, le traducteur d'Homère, pour identifier les lieux de la géographie ullyssienne.
    Un livre fabuleux de voyage, de culture et d'embruns.

  • Dans une odyssée cycliste à travers une Europe à la dérive, le long du Danube et de ses paysages époustouflants, Emmanuel Ruben compose un portrait fort et sensible de la mosaïque européenne. À l'été 2016, Emmanuel Ruben entreprend avec un ami une traversée de l'Europe à vélo. En quarante-huit jours, ils remonteront le cours du Danube depuis les rives de la mer Noire jusqu'à sa source de la Forêt-Noire. D'Odessa à Strasbourg, ils parcourront 23 degrés de longitude, 6 degrés de latitude et 4 000 km. Ce livre-fleuve est inspiré de cette épopée à travers les marécages du delta du Danube et les steppes eurasiatiques d'Ukraine, les vestiges de la Roumanie de Ceausescu, le rougeoiement des plages bulgares au crépuscule, les défilés des Portes de Fer en Serbie, les frontières hongroises hérissées de barbelés... En choisissant de suivre le fleuve à contre-courant, c'est l'histoire complexe d'une Europe qui se referme que les deux amis traversent. Mais, dans les entrelacs des civilisations déchues et des peuples des confins, affleurent les portraits poignants des hommes et des femmes croisés en route, le tableau vivant d'une Europe périphérique et contemporaine. Dans ce récit d'arpentage, Emmanuel Ruben poursuit en cycliste, en écrivain, en géographe, en homme tout simplement, sa « suite européenne » initiée avec «La Ligne des glaces» et explore la géographie du Vieux Continent pour mieux révéler toutes les fictions qui nous constituent.

    1 autre édition :

  • Une plongée fascinante dans des archives d'exception, invitation au voyage et à la rêverie. Cet ensemble documentaire en grande partie inédit offre une relecture incarnée de l'épopée industrielle de l'Orient-Express, de sa création à la fin du XIXe siècle jusqu'à sa cristallisation mythologique avec le fameux roman d'Agatha Christie. Un objet au façonnage sophistiqué s'inspirant des codes du luxe de l'époque : couverture toilée et encre métallique cuivrée. Exposition aux Rencontres d'Arles du 29/06 au 22/09.

  • Déserts hostiles, rivages marins inaccessibles, îles oubliées, terres abandonnées entre deux frontières, plaines et forêts contaminées, sommets perdus dans les nuages..., cet Atlas des terres sauvages nous propose un voyage immobile vers des destinations inconnues, périlleuses ou fascinantes dont l' évocation invite au rêve ou à la réflexion.
    Aude de Tocqueville nous entraîne à la découverte de trente-six sanctuaires aux paysages emportant l'âme, aux horizons et aux lumières rares qui tous échappent encore à la loi des hommes.

  • Toute personne qui projette de passer un week-end à Venise devrait emporter ce livre dans ses bagages, car c'est un merveilleux instrument de décryptage de l'objet culturel appelé Venise. Au fil des chapitres, et des années, la forme évolue, du traditionnel récit de voyage à une déambulation sans but précis, au gré de la mémoire de l'auteur, de sa culture, des associations d'idées ou des images qui le frappent durant les flâneries où il se perd plus ou moins volontairement. Venise fonctionne ici comme un précipité de toute l'Histoire et de toute la culture européennes, un héritage qui disparaît lentement dans les eaux... Au lieu de s'en désoler, l'auteur nous prête en souriant son immense érudition pour nous permettre d'en jouir tant qu'il en est encore temps

  • Le fabuleux trésor du capitaine Kidd, le mystère des tableaux perdus de la Grande Catherine, l'agonie de la Sémillante... Les histoires de navires et de marins enchantent notre patrimoine maritime. Les fortunes de mer présentées dans cet Atlas nous emportent vers des horizons où le moindre coup de vent peut se changer en tempête et emmener par le fond le plus fiable des bateaux.
    Des côtes du Ponant à l'océan Indien, naufrages, grandes découvertes, disparitions ou sauvetages miraculeux dessinent dans cet ouvrage une vaste et fascinante carte des océans, où tout peut arriver.

  • «Dans la jungle», nouvelle parue initialement dans le recueil «Many Inventions», voit la première apparition du personnage le plus célèbre de Rudyard Kipling : Mowgli. Un Mowgli non pas enfant, mais adulte, qui a grandi dans la jungle. C'est à partir de cette nouvelle que Kipling entreprendra de raconter l'enfance de Mowgli, à travers le chef-d'oeuvre qui fera sa gloire. Mais «Dans la jungle» montre aussi la confrontation entre le réel le plus prosaïque qu'incarnent l'Office des forêts et Gisborne, et le monde à la fois naturel et surnaturel de la jungle et de Mowgli. Une fois encore, Kipling déploie tous ses talents de conteur dans le décor d'une Inde complexe et mystérieuse.

  • Février 1894. Pierre Loti part pour le Sinaï. Ce voyage en Terre Sainte lui inspirera l'une de ses oeuvres majeures, récit de voyage autant que quête spirituelle sous forme de triptyque : après avoir saisi l'intemporalité et la virginité du Sinaï «(Le Désert)», il observe minutieusement églises et pèlerins «(Jérusalem)», avant de peindre des paysages en mots, les Évangiles à la main tel un guide «(La Galilée)». Le style est épuré, comme si l'ascèse à laquelle se trouvait confronté le voyageur rejaillissait sur sa manière de dire. Entre âpreté et spiritualité, on ne ressort jamais indemne du désert...

    3 Autres éditions :

  • Entre l'enfant d'une dizaine d'années venu avec sa mère et l'adulte venant seul, de nombreuses raisons ont poussé Marcel Proust à se rendre à Cabourg. Proust fera trois séjours à Cabourg, y séjournera quinze mois. Balbec (pourl'essentiel Cabourg) est le lieu le plus cité dans La Recherche...
    Le Grand Hôtel, le Casino, la digue, la plage, les environs... seront un cadre idéal pour peindre sa grande fresque sociale, guidé par des « informateurs » précieux comme les d'Alton dont on découvre le rôle.

    Jean-Paul Henriet, qui connaît aussi bien l'oeuvre que la correspondance de Proust, révèle où demeurait le vrai M. Swann, où peignait Edouard Vuillard, les mystères d'un certain Combray... en Pays-d'Auge, où se cache l'église « persane » de Balbec... Il montre aussi au lecteur le « petit chemin de fer d'intérêt local », le Mont Saint-Michel de Proust, le yacht Hélène, les taximètres Unic, le maire Charles Bertrand, le yacht Aimée et la double noyade de Lantelme, le rôle méconnu de Cambremer, Mme Lerossignol (sa fleuriste d'Houlgate), ses amis à Cabourg et dans les environs...

    Plus de 300 documents, souvent inédits, certains exceptionnels, nous montrent Proust à Balbec comme nous ne l'avions encore jamais vu.
    La découverte d'un monde fascinant, merveilleux et tourmenté, dont l'exploration, pour notre plus grand bonheur, n'est jamais tout à fait terminée !

    En partenariat avec le Département du Calvados et la Région Normandie

  • Troisième et dernier volet du voyage de Pierre Loti en Terre sainte, cette traversée de Jérusalem à Beyrouth est l'occasion d'un superbe portrait de Damas entre les ruines silencieuses de son passé et l'agitation qui animait ses ruelles et ses souks au début du XXe siècle. Le voyage de Loti met aussi en lumière cette part d'âme que les villes perdent avec l'avènement du tourisme : le tourisme spirituel de Jérusalem ou l'arrivée massive des touristes européens à Damas avec l'achèvement du chemin de fer.

    1 autre édition :

  • Rien ne prédisposait Isabella L. Bird (1831-1904) à voyager. Cette fille de pasteur anglais était de santé fragile et traînait sa neurasthénie de fauteuil en sofa, jusqu'à ce qu'un médecin perspicace lui prescrive le voyage pour remède. Ce fut une révélation : elle découvrit en solitaire Australie, Nouvelle-Zélande, États-Unis, Maroc, Tibet, Chine, Corée et Japon. Ses séjours en Asie lui valurent en 1892 d'être la première femme à entrer à la Royal Geographical Society de Londres. En 1873, elle s'en va explorer les Rocheuses dans son costume hawaïen. Elle va demeurer quatre mois dans ce Colorado qui n'est pas encore un État, partageant le quotidien rude des colons et parcourant à cheval des centaines de kilomètres en compagnie de desperados tels que Mountain Jim, dont elle tombe follement amoureuse.

  • Kenneth White nous conte le récit d'un voyage qu'il effectua pour atteindre le Nord rugueux et sauvage du Japon : Hokkaidô, ses ports et ses montagnes. Point de départ : Tokyo, la ville tentaculaire.
    Après quelques jours passés à s'imprégner des signes de cette ville chaotique, l'auteur part sur les traces du poète zen Bashô jusqu'à Hokkaidô, cette terre que les Japonais ont conquise sur les Aïnous, un peuple de pêcheurs et de chasseurs implanté au nord du Japon et à l'est de la Russie, et où, chaque année, des cygnes sauvages migrent depuis la Sibérie. Dans un registre unique alliant expérience physique, poésie dynamique, pensée vive, le texte rapide et à niveaux multiples de White est plus qu'un livre de voyage, c'est un livre qui ouvre un espace de vie profond et intense.

    1 autre édition :

  • Dossier « LACS » : Articles au long cours (géographie, environnement, biodiversité, géopolitique...), entretien, extraits littéraires illustrés, infographies, conseils de lecture, films et musique...
    Hors dossier : Atlas du Soleil, cartes géographiques anciennes, héros d'hier et d'aujourd'hui, entretien avec Valérie Masson-Delmotte, portfolios d'Alec Soth et Wolfgang Tillmans, aparté avec Bruno Latour, histoire de la tomate, planches naturalistes, trésors photographiques par Thimothy O'Sullivan, portrait de Rachel Carson, agenda culturel, correspondance, poème et récit illustrés.

  • Cette promenade à travers Paris dévoile en trois dimensions les plus beaux monuments parisiens. Chacun fait l'objet d'une présentation architecturale et historique, émaillée d'anecdotes ou faits insolites : L'Arc de Triomphe / La tour Eiffel / L'Hôtel des Invalides / Le Louvre / Notre-Dame de Paris / La Place des Vosges / Le Centre Pompidou / Le Sacré-coeur. Un livre qui invite à la flânerie, à la balade, celle où l'on prend tout son temps. La cartographie, à la manière des guides d'autrefois, confère un charme nostalgique et un brin désuet à cet ouvrage. Et quand la visite sera finie, on gardera, en souvenir de Paris, ce petit livre précieux. Paris Pop Up fera la joie de ceux qui n'ont pas la chance d'habiter notre magnétique capitale, mais aussi celle de ceux qui la parcourent tous les jours.

    2 Autres éditions :

  • Comment découvrir ou redécouvrir le Japon? Comment comprendre ce pays complexe où cohabitent harmonieusement tradition et modernité? Car au-delà de sa gastronomie qui a traversé les frontières, de la fameuse cérémonie du thé, de son cinéma actuel et passé, de la figure du samouraï ou celle de la geisha, que savons-nous réellement de tout ce qui fait le quotidien des Japonais et participe à définir l'identité profonde du Japon?
    À travers près de 100 notions essentielles, l'écrivain japonais Yutaka Yazawa livre une analyse à la fois fine et limpide de ce qui fonde l'esprit du Japon. Depuis l'histoire de ses grands principes philosophiques et esthétiques, jusqu'aux pratiques culinaires ou artistiques d'aujourd'hui, cet ouvrage lève le voile sur ce qui régit la vie quotidienne de la société japonaise. Principe du wabi-sabi, saveur umami, art du haïku, secrets de longévité, préparation du bento... un véritable guide pour partir à la découverte d'un pays fascinant à l'art de vivre unique.

  • Le séjour de William-Henry Hudson en Patagonie au début des années 1870 fut la grande aventure de sa vie. Ses chevauchées dans la pampa avec sa seule carabine pour survivre, ses nuits sous les étoiles, sa vie libre de gaucho, tels sont les sujets de ce livre, "si plein, si serein, écrivait Bruce Chatwin, qu'en comparaison Thoreau lui-même paraît pontifiant". Le sentiment de l'espace, la précision du naturaliste, le sens de l'épique, la narration picaresque : tout est en place chez ce précurseur de l'écologie et du «nature writing». Avec une préface de Michel Le Bris.

  • C'est un livre construit par promenades et souvenirs, sensible, érudit, qui nous conduit à travers le Paris des trente dernières années : sur les traces de Marcel Proust, dans le XVIe arrondissement, le premier été où l'on put utiliser les Vélib' ; dans les jardins secrets où l'on pouvait entrer avant le 11 septembre 2001 ; à la Poste du Louvre, où l'on se remémore les longues files d'attente avant minuit, à l'époque pas si lointaine où l'on avait besoin, dans tant de démarches cruciales, du fameux « cachet de la poste » ; et dans bien d'autres lieux encore, célèbres ou inconnus : le Louvre, le 288, rue Saint-Jacques, la station-service des Invalides... Ce livre est dans la tradition des flâneries : de Walter Benjamin aux «Flâneries parisiennes» de Franz Hessel. Pérec et Modiano n'en sont pas non plus absents. Maël Renouard, auteur de «La Réforme de l'opéra de Pékin» (prix Décembre 2013) explore Paris avec la singularité de son style déjà affirmé, précis, alerte et méditatif, où l'émotion du souvenir n'empêche pas l'humour.

  • Cette carte est issue de l'ouvrage Géographie physique. Diagrammes géologiques, publié entre 1846 et 1851 par James Reynolds et John Emslie. Il contient douze planches qui présentent différents phénomènes naturels du monde. Ces cartes comparatives donnent des informations géographiques, géologiques, zoologiques ou climatiques. La cinquième planche de cet ouvrage est une gravure colorée à la main qui présente les principales chutes d'eau du monde, comparant d'un côté les chutes américaines et de l'autre les chutes européennes et africaines. La plus haute (en altitude) est la cataracte de Gavarny (dans les Pyrénées) et la plus basse est la dernière cataracte du Nil.

  • Cette carte est issue de l'ouvrage Géographie physique. Diagrammes géologiques, publié entre 1846 et 1851 par James Reynolds et John Emslie. Il contient douze planches qui présentent différents phénomènes naturels du monde. Ces cartes comparatives donnent des informations géographiques, géologiques, zoologiques ou climatiques. La quatrième planche de cet ouvrage est une gravure colorée à la main qui présente une vue comparative des principaux fleuves et lacs du monde : Danube, Rhin, Nil ou Amazone sont placés côte à côte afin de comparer leurs longueurs respectives et entourés des plus grands lacs du monde, tels que la Mer Morte, la Mer Caspienne, le Léman ou le lac Michigan.

  • Cette carte est une vue panoramique du lac de cratère du volcan Mazama, dans l'Oregon, au coeur du parc national de Crater Lake. Elle fait partie d'une série de vues panoramiques de plusieurs parcs nationaux, datant de 1914 ou 1915. En 1914, la technique la plus commune pour montrer les reliefs sur une carte était encore celle des lignes de contour, mais, dans cette série, Renshawe a plutôt utilisé un relief ombré graduel afin de rendre la carte plus lisible et accessible au public.
    Cette technique permet de mieux percevoir la tridimensionnalité du paysage en soulignant la topographie, les méandres, la végétation, les couches de neiges des environnements naturels de ces parcs.
    Elle sera par la suite reprise par l'USGS pour dessiner des cartes d'États.

  • Mappa insulae

    Stevenson

    Le charme mystérieux des îles prend forme dans les cartes, la beauté des cartes se cristallise sur le contour des îles, deux mondes se croisent dans des formes riches et colorées et voilà Mappa insulae, le livre consacré à la carte de l'île.
    Jules Verne, Thomas More, Stevenson, Melville, aujourd'hui la télé-réalité, les jeux vidéo.
    Peut-on dessiner, peindre ou cartographier l'île ?
    Et comment le faire, selon qu'elles sont réelles ou imaginaires, habitées ou pas, qu'elle servent de prison ou de lieu de vacances ?
    Le collectif Stevenson est composé de cinq artistes et chercheurs animés par la passion des images et des cartes du monde entier.
    Mappa insulae présente leur récolte, amassée au fil des ans, leurs coups de coeur dans la bibliothèque infinie des cartes d'îles.

  • Grâce à l'association de trois auteurs amoureux de l'Anatolie antique, cet ouvrage présente un choix de sites, certains connus, d'autres méconnus ou plus éloignés des sentiers touristiques, pour permettre à chacun de réaliser une plongée d'un genre nouveau dans un passé enfoui : l'histoire, l'art, le sentiment religieux et la poésie trouvent ici un paysage où se déployer... Chaque site visité apparaît comme le témoin d'une période, d'une civilisation, d'une pensée, d'une organisation politique : ce monde aux mille facettes se révèle ainsi, par étapes, dans la lumière du soleil captée par le talent de Ferrante Ferranti.

  • Entre la fin de l'année 1922 et le début de l'année 1923, fraîchement acquis à la célébrité, Albert Einstein, accompagné de sa femme Elsa, entreprend un voyage qui le mena du Japon à l'Espagne en passant par la Palestine. Il couche ses impressions sur des carnets longtemps restés inédits. La poésie qui s'en dégage montre combien leur auteur était loin d'être un simple être de science. Les réflexions sur la science, la philosophie, l'art et la politique côtoient ses impressions et ses observations amusées sur les pays qu'il traverse et les évents qui jalonnent son parcours : de la conférence inaugurale de l'Université hébraïque de Jérusalem, à une «garden party» organisée par l'impératrice du Japon en passant par une audience auprès du roi d'Espagne et les rencontres de compatriotes égarés en terres étrangères.

  • Par les routes de la soie ont circulé, d'Alexandre le Grand à Tamerlan, richesses, influences et savoirs, mais aussi toutes les fantasmagories. Si nombre d'ouvrages ont été consacrés au sujet, la fresque magistrale d'Édith et François-Bernard Huyghe, récit de voyage à travers le temps, se singularise par son remarquable esprit de synthèse pour expliquer la circulation matérielle des richesses et des hommes par la circulation invisible des idées, des croyances, des cultures.

empty