• Que retenons-nous des personnes que nous croisons ? Une silhouette, un vêtement, un accessoire ? Quand la styliste Catherine Legrand voyage, elle pose un regard averti sur les cultures vestimentaires et met en résonance les savoir-faire et les inspirations à travers le monde. Car de la tunique hmong ou boubou haoussa, du huipil amérindien à la blouse roumaine, nos habits tissent des liens insoupçonnés...

  • Dior en roses Nouv.

    Christian Dior découvre l'art des jardins et de la botanique grâce à sa mère. Les fleurs occupent une place importante dans ses créations et la rose est au premier rang. Les motifs floraux et leur réinterprétation par les différents créateurs de la maison Dior, l'invention de parfums et la naissance d'un variété baptisée la rose de Granville témoignent des liens entre fleurs et haute couture.

  • La mode comme on ne vous l'a jamais racontée, ou plutôt les modes. Le pluriel est important dans le titre de cet ouvrage ambitieux qui repose sur une démarche radicalement neuve, ouverte et transversale. 500 pages, 400 images, une cinquantaine de focus aux angles originaux et surprenants rythmant les 7 chapitres chronologiques, ce livre au design somptueux est destiné à un large public : étudiants, enseignants, professionnels ou passionnés de la mode.

  • "Un monde finissait, un autre allait naître. Je me trouvais là ; une chance s'offrait, je la pris. J'avais l'âge de ce siècle nouveau : c'est donc à moi qu'il s'adressa pour son expression vestimentaire. Il fallait de la simplicité, du confort, de la netteté. Je lui offrais tout cela."

  • Fait à la fois pour cacher, protéger, maintenir, soigner ou encore dévoiler le corps, le ruban raconte une autre histoire des hommes et des femmes. Sa complexité est à l'égal de ses usages, ce que montre bien l'exposition, « Ruban et intime » au musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne, et dont le livre rend compte avec finesse et grande beauté. En élargissant son propos, il propose un regard neuf et une lecture singulière des évolutions de la création de la lingeriecorseterie.
    Sa reliure originale à la Berlinoise et son approche pluridisciplinaire, illustrée par une iconographie spectaculaire, confère à l'ouvrage son statut d'objet de référence unique. Précieux, moderne et sophistiqué, grand public et exigeant, il répond à l'intérêt de tous les publics.

  • Le premier homme qui songea à se couvrir inventa le vêtement ; celui qui changea de vêtement inventa la mode. Puis vint celui qui décida de mettre son nom sur sa création : il inventa la haute couture. Le grand couturier était né : Worth, le premier, au XIXe siècle, puis Doucet, Poiret, Mme Grès, Chanel, Saint Laurent, Rykiel, Lacroix, Gaultier... Autour d'eux, et pour donner corps à leurs fulgurances, s'organise le monde secret des maisons de couture avec leur hiérarchie et leur savoir-faire. Au fil des décennies, suivant les aléas de l'histoire ou les innovations technologiques, les métamorphoses se succèdent : les formes changent (avant de revenir), comme la silhouette des femmes dont la beauté est inlassablement célébrée. C'est cet univers à la fois exigeant et frivole que raconte Le Bouquin de la mode.
    Conçu par Olivier Saillard et une équipe de spécialistes, ce volume comprend aussi une anthologie de textes dont les plus anciens datent du XIVe siècle et les plus audacieux du XXIe. Depuis toujours, les écrivains témoignent de la mode de leur temps ; certains se sont efforcés de la « systématiser », d'autres l'ont moquée ou magnifiée. Elle est partout, se cache souvent dans le détail des accessoires, dans un sac qui prolonge le bras des filles, dans un bijou, un parfum, un maquillage. Parfois, la Mode prend la parole, et entame de savoureux dialogues avec la Vertu ou avec la Mort. Elle s'interroge alors sur ceux qui la font et ceux qui la suivent, elle, la reine du monde moderne.

  • Kimono

    Anna Jackson

    Apparu pour la première fois au XIIIe siècle, le mot « kimono » désigne « la chose que l'on porte sur soi ». Plus qu'un simple habit, le kimono, confectionné en un minimum de morceaux taillés dans une seule pièce d'étoffe, est considéré par les Japonais comme un fleuron de leur patrimoine. À première vue immuable, figé dans l'éternité des traditions, il ne cesse en réalité d'évoluer.

  • Comment reconnaître et dater un bijou ancien ?
    Comment distinguer les principales gemmes ?
    Qui sont les principaux créateurs ?
    Où acheter, où vendre une pièce ?

    Ce livre didactique, illustré de photos et de documents d'archive, offre un panorama unique sur les bijoux réalisés entre 1800 et 1950. Les amateurs curieux pourront découvrir, selon le vers de Baudelaire, « ce monde rayonnant de métal et de pierre », en naviguant par époque, par matériau et gemme, par type de bijoux ou par maison. Pour apprécier les bijoux anciens dans tous leurs éclats !

  • « Chaque jour, Jacques de Bascher déjeune aux Deux Magots ou chez Lipp, toujours à la même table. Il retrouve dans ce minuscule triangle germanopratin l'ensemble de la faune qu'il recroisera le soir venu. Ses journées suivent un rituel immuable. Lorsqu'il rentre chez lui après le déjeuner, il fait une sieste puis se rend chez Carita, où Monsieur Guy, coiffeur de feu Gérard Philipe, se charge de sa nuque. Quand il ne prend pas soin de son apparence, il va au cinéma, fait du shopping, prend le thé chez une comtesse ou reçoit un amant. Vers dix-sept heures, il repart vers l'Odéon et s'installe au Dauphin, rue de Buci. Il y joue au flipper et y achète les substances nécessaires à la prochaine nuit. Puis il se rend chez Karl Lagerfeld avant de rentrer se préparer pour sa soirée et de filer vers le Flore, l'antichambre de la nuit, à quatre minutes de chez lui. » L'allure d'aristocrate, le goût très sûr et la beauté viscontienne de Jacques de Bascher feront de lui la muse de Karl Lagerfeld et l'amant terrible d'Yves Saint Laurent. Ce livre, fruit d'une enquête auprès de ceux qui l'ont côtoyé, admiré ou mal aimé, est une plongée dans les années 1970 et 1980, ces années folles qui consumèrent Paris et ses troupes, et dont il fut l'une des figures les plus singulières.

  • Stilettos ou mini-short, la mode a ceci d'original qu'elle ne confère nulle utilité pratique aux choses utiles, en l'occurrence se chausser et se protéger du froid. Elle est essentiellement arbitraire. Et c'est ainsi qu'elle exerce pour Simmel son empire. Ce n'est pas un besoin vital mais social. L'homme manifeste dans le choix de sa tenue son appartenance à un groupe mais il ressent aussi le besoin de se différencier. Or, adopter un style d'une autre communauté, c'est d'emblée se détacher de son groupe d'origine. Variant sans cesse ses contenus, la mode suit les progrès sociaux, moyen de marquer la différence de classes. Pour Simmel, la classe moyenne est sa première victime. Prompte au changement, elle se reconnaît dans ce présent sans cesse mouvant, moteur de toute marchandise.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Recherche de l'élégance, conformité au goût du jour, gaspillage ostentatoire, manifestation d'une transgression ? Depuis le XIX siècle, la manière de se vêtir est soumise à la mode. Ce phénomène social, dont la naissance coïncide avec l'émergence d'une société des individus, a intéressé la littérature comme les sciences humaines et en particulier la sociologie.
    De la figure du dandy jusqu'à l'explosion du prêt-à-porter et la multiplication des collections, Frédéric Monneyron présente, dans cet ouvrage, les approches sociales de la mode. Il montre comment, loin de s'exclure, la volonté de distinction et la recherche d'un conformisme social sont intimement liées dans nos choix vestimentaires. Il révèle combien la mode imprègne notre imaginaire collectif.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Andrée Putman (1925-2013) s'impose dès la fin des années 1970 comme l'ordonnatrice hors pair des intérieurs, la fée des logis chics.
    Consacrée « grande prêtresse de la décoration », elle érige sa silhouette hiératique en image de marque d'un métier, architecte d'intérieur, qu'elle s'invente à 53 ans. On vante la folle allure de sa mèche crantée et de ses tailleurs cintrés autant que son apologie du noir, du blanc, des beiges et des gris, de l'épure domestique et des lignes sobres d'un mobilier Art déco revisité. Connue dans le monde entier, elle est l'incarnation d'un minimalisme élégant, à la française.
    Mais qui était vraiment cette grande bourgeoise piquée de rébellion, ex-jeune fille mutique muée en night-clubbeuse senior, musicienne défroquée intronisée « Coco Chanel du design » ?
    À la lumière de minutieuses recherches et de nombreux témoignages, cette première biographie d'Andrée Putman révise l'histoire officielle d'une styliste de sa propre vie. Elle donne chair à une icône.

  • Porté indifféremment par les femmes et par les hommes, le foulard - appelé « fichu » ou « mouchoir » jusqu'au XIXe siècle - se plie à des usages aussi variés que ses formes. Avant de devenir cet accessoire élégant qui finit une tenue, il nous protège et nous réchauffe, couvre notre tête et notre cou, se fait signe de ralliement ou de distinction. Un temps oublié au fond de nos armoires, le foulard revient aujourd'hui à la mode : dans les boutiques, sur les podiums des défilés, dans des collections capsules... Tous les couturiers en créent, toutes les marques le déclinent. Ce livre raconte l'histoire de cet accessoire de l'Antiquité à nos jours et présente près de 300 pièces classées par motifs, les foulards anonymes côtoyant les carrés les plus célèbres.

  • Ce recueil de photographies de défilés offre la première vue d'ensemble de toutes les collections de haute couture créées par Yves Saint Laurent, depuis l'ouverture de sa maison en 1962 jusqu'à ses adieux en 2002. Hommage au couturier devenu légendaire, cet ouvrage couvre quarante années de création, de l'emblématique smoking pour femme de 1966 aux éblouissants modèles d'inspiration artistique : robes Mondrian, vestes Van Gogh aux riches broderies, capes cubistes, pour ne citer que quelques exemples, sans oublier la fameuse collection « Opéra - Ballets russes ». Cet ouvrage réunit les contributions éclairées de Suzy Menkes, Jéromine Savignon, Olivier Flaviano et du musée Yves Saint Laurent Paris, auteur des textes de présentation des collections et rétrospectives. Il constitue une occasion unique de suivre de saison en saison le génie du couturier qui révolutionna la garde-robe de la femme moderne.

    Avec plus de 1 000 photographies emblématiques, ce trésor d'inspirations est une référence indispensable pour les professionnels de la mode et les admirateurs d'Yves Saint Laurent.

  • Edition anniversaire, 10 ans déjà. Nouveaux looks, nouveaux conseils, nouvelles adresses...

  • Si les «?mauvais garçons?» ont leurs héros, de Gavroche à Joey Starr en passant par James Dean, les «?mauvaises filles?» sont les invisibles de l'histoire.
    Dans cet ouvrage, Véronique Blanchard et David Niget dévoilent ces ombres fugaces qui surgissent au détour d'archives médicales ou judiciaires?: «?vagabonde?», «?hystérique?», «?fille-mère?», «?prostituée?», «?fugueuse?», «?cheffe de bande?», «?punk?», «?crapuleuse?»...
    Par le biais d'une vingtaine de portraits incarnés de «?mauvaises filles?» jugées immorales, de 1840 aux années 2000, ils rendent un visage et une histoire à ces destins orageux. Ils cartographient les lieux qu'elles traversent ou qui les enferment - lieux de perdition (fête foraine, guinguette, bal), de coercition (internat, couvent, prison, asile), de soumission (maison close, foyer familial).
    Étouffées et contraintes depuis des décennies par le poids des normes juridiques, religieuses, médicales, familiales, ces mineures «?incorrigibles et rebelles?» ont néanmoins fini, par leurs résistances, par devenir des actrices du changement social, culturel et politique.
    Alors, déviantes ou dissidentes??

  • Ce livre - accessible à tous ceux qui s'intéressent à cet accessoire de mode mais qui ne prétend pas être un ouvrage de spécialiste - retrace l'histoire d'une Maison fondée en 1827, dont les éventails couture en plumes, paillettes, sequins, dentelles précieuses ou organza, qui ont fait sa réputation dans le monde entier, ont pu, admirablement conservés, parvenir jusqu'à nous.
    Il témoigne aussi de la renaissance de la marque Duvelleroy au XXIe siècle, grâce à des passionnées qui ont su réveiller, réinventer et rendre de nouveau désirable cette belle endormie, dont les plis renferment tant d'imaginaires et de beauté, au moment précis où l'éventail s'invite de nouveau sur la planète mode, aussi bien comme marqueur de l'esthétique de la singularité qu'en sa qualité de petit air conditionné portatif.

  • Philosophie du vêtement

    Oscar Wilde

    • Casimiro
    • 9 Novembre 2018

    Le grand dandy parle de mode et de vêtements.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Fabriquer le désir

    Audrey Millet

    Futile ou lourde de sens, aimée ou décriée, la mode vestimentaire marque les esprits, transforme les corps, suscite le désir, dicte les choix économiques et culturels. Outil de séduction et marqueur social, la parure est le lieu des consommations les moins raisonnées. Du port de la ceinture à Athènes aux accessoires de luxe, de la sandale antique à la chaussure médiévale, de la garde robe de Catherine d'Aragon à l'utopie esthétique nazie, Audrey Millet propose une histoire globale de la mode, entre enjeux économiques, esthétiques sociaux ou culturels.
    Loin de la seule description, cette histoire de la mode et du luxe explique pour quelles raisons l'habillement, adulé ou décrié, neuf ou de seconde main, occupe une place aussi importante dans les imaginaires.

  • Parce que la broderie n'est pas réservée à la sphère domestique, Charlotte Vannier est allée à la rencontre d'artistes contemporains qui revisitent cette technique traditionnelle de façon tout à fait inédite.

    Ces femmes et ces hommes ont fait de la broderie leur médium privilégié pour partager leur fantaisie, leurs combats et leurs rêves. Les 82 artistes présentés dans cet ouvrage ont en commun l'amour du fil et une immense originalité. Broderie sur photographies, installations poétiques, reproductions brodées d'objets du quotidien constituent quelques-unesdes pistes choisies.Ce livre nous fait découvrir le parcours de tous ces artistes, leurs influences, les défis techniques auxquels ils se confrontent et le message qu'ils souhaitent transmettre à travers leurs oeuvres. Militantisme, expression artistique très personnelle et recherches esthétiques contemporaines sont ainsi au rendez-vous de ces rencontres tout à fait passionnantes.

  • La mode est aux tissus africains, et tout particulièrement au wax dont la signature graphique, avec ses couleurs vibrantes et ses motifs légèrement décalés, se reconnaît entre mille. Ce livre propose une véritable anthologie des tissus imprimés africains, avec plus de 250 échantillons présentés et commentés.

  • Catalogue de l'exposition présentée au musée des Arts décoratifs à Paris, ce livre propose une histoire du luxe en 80 oeuvres, de l'Antiquité égyptienne à nos jours et sur tous les continents.

  • La vie Alaïa

    Donatien Grau

    "D'autres pourraient proposer des récits différents, et j'aimerais qu'avec leurs connaissances, l'intersection de leur vie avec celle d'Azzedine, dont il avait su discerner bien avant tout autre combien elle serait fructueuse, ils écrivent une pièce de la Vie Alaïa. Mon métier d'historien m'a appris que, si l'on croit en la biographie, une personne, quand elle meurt, est à jamais inconnaissable en elle-même - si tant est que l'on puisse jamais connaître quiconque -, surtout si elle n'a laissé aucun discours, pas de mémoires. Azzedine, climatique, couturier, ne l'a pas fait. J'ai ici rassemblé quelques pièces, en témoin. L'inventaire de la Fondation, complet de tout y compris du plus modeste, permettra de compléter, d'en dire davantage sur cette vie au nom d'un homme qui la donna à toutes." Donatien Grau

  • Sapé comme jadis

    Yvane Jacob

    Pourquoi Jules César s'est-il accroché à sa toge ? Catherine de Médicis avait-elle une culotte ? Pourquoi le Che portait-il toujours un béret alors qu'il n'était même pas basque ? Pourquoi Élisabeth II s'habille-t-elle comme un panneau de signalisation ? Pour quelle raison Donald Trump refuse-t-il d'avouer qu'il met des peignoirs ?
    Yvane Jacob explore la garde-robe de 60 illustres personnages. En même temps qu'elle révèle le sens caché, ou oublié, du vêtement, c'est l'évolution des mentalités et des rapports sociaux qui se dessine. On ne s'habille pas seulement pour se protéger du froid ou pour cacher sa nudité : en se parant, on se révolte, on se distingue, on séduit, on conteste, on interpelle... On s'exprime ! Aux préoccupations intimes et esthétiques se mêlent des considérations économiques, sociales et politiques.
    Si le bonnet ne fait plus le docteur ni la robe le magistrat, le vêtement reste un langage. Ces 60 portraits tentent de le décoder, dévoilant avec légèreté mais sans frivolité tout ce que revêt l'habit.

empty