• Dans cet ouvrage, le spécialiste des ornements indiens Henry Wilson, s'est interressé aux motifs floraux. Avec une grande variété de formes et de couleurs, ces motifs, qui s'appliquent à l'architecture, la tapisserie ou le textile, offrent une source d'inspiration riche pour tous les passionnés de culture indienne.

  • Ornements, frises ou détails, cet ouvrage réédité ici en format broché propose une découverte des motifs présents dans l'architecture et les arts décoratifs indiens. Il montre l'influence majeure des formes de la nature, les matériaux en eux-mêmes et les artistes qui ont conçu palais, mausolées, temples ou maisons de maîtres, principalement dans l'Inde du Nord-Est.

  • Ornements récurrents, frises ou détails, cet ouvrage propose une découverte des motifs présents dans l'architecture et les arts décoratifs indiens, grâce à un grand nombre de photographies et d'illustrations en couleur. Il témoigne de l'influence majeure des formes de la nature, des matériaux en eux-mêmes et des artistes qui ont conçu palais, mausolées, temples ou maisons de maîtres, principalement dans l'Inde du Nord-Est.

  • With an emphasis on the textiles, rugs, furniture and wall decorations of the Moghul and Rajput cultures, this book takes the reader inside a variety of Indian homes. Each section of the book is devoted to homes of a certain type, but attention is paid to the details, patterns and motifs that define the distinct styles of decoration.

  • Martin scorsese fait ici le récit illustré de son voyage personnel dans l'histoire du cinéma américain.
    Cet itinéraire d'un cinéaste-cinéphile est celui de sa propre formation, et il ne suit pas, loin s'en faut, les chemins balisés par les historiens du cinéma. scorsese parle des " films de sa vie " - oeuvres prestigieuses des grands metteurs en scène issus des major compagnies, ou séries "b", ces films de genre sous-évalués ou carrément oubliés du grand public. il souhaite ainsi jouer le rôle de guide, avec cette idée forte qu'il faut transmettre un certain héritage aux jeunes générations.
    Ce qu'il célèbre ici, c'est le cinéma et la mise en scène : les cinéastes qui ont su utiliser à plein les potentialités de cet art.
    Le fil conducteur de scorsese est en fait l'analyse des moyens de subversion que les cinéastes ont su utiliser pour pouvoir travailler au sein du système des studios tout en parvenant à préserver l'intégrité de leur art.
    Parmi les films phares, duel au soleil (king vidor), les ensorcelés (vincente minnelli), la prisonnière du désert (john ford), impitoyable (clint eastwood), la grande évasion (raoul walsh), scarface (howard hawks), le lys brisé (david w.
    Griffith), shock corridor (samuel fuller), la féline (jacques tourneur), l'enfer de la corruption (abraham polonsky) et faces (john cassavetes).
    Et c'est la voix de scorsese, sa propre vision, qui résonne tout au long de ce livre : " de jeunes metteurs en scène me demandent souvent: "pourquoi devrais-je aller voir de vieux films ? " j'ai réalisé un certain nombre de films, ces vingt dernières années, et la seule réponse que je peux leur faire est celle-ci : "je me considère encore comme un étudiant.
    Plus je fais des films, plus je réalise que je ne sais pas grand-chose. et je cherche toujours l'oeuvre ou l'homme qui m'apprendra davantage. je dis aux jeunes réalisateurs et aux étudiants : faites ce que faisaient les peintres d'antan. etudiez les vieux maîtres. enrichissez votre palette. elargissez votre gamme. il reste encore tant à apprendre. " ".

  • C'est lorsqu'il entre dans l'Histoire que le Nouveau Monde perd son aura mythique. Les pionniers en quête de la terre promise comprennent, trop tard, qu'ils sont en train de reproduire l'Ancien. Comme si la porte du paradis se refermait au moment même où ils croyaient l'avoir retrouvé.
    Tel est le fil rouge qui court à travers la vaste tapisserie du cinéma américain, de D.W. Griffith à David Lynch, de F.W. Murnau à Terrence Malick. Si l'on en croit les conteurs de l'âge classique, les grilles du Jardin d'Éden sont restées entrouvertes. Les modernes, eux, proclament que nous en avons été exilés : le romanesque ne se nourrit plus d'espérance, mais de désenchantement.
    Cet imaginaire hollywoodien toujours tiraillé entre le ciel et l'enfer, Michael Henry Wilson nous invite à le revisiter, quand ce n'est à le revivre, dans sa prodigieuse effervescence.

    « Le livre de Michael Henry Wilson, minutieusement composé et magnifiquement écrit, est l'histoire de la famille du cinéma américain, une famille toujours vivante, florissante et qui continue de s'agrandir. » Martin Scorsese

  • Clint Eastwood n'est jamais là où on l'attend.
    Se remettant toujours en question à chaque projet, il ne cesse de progresser, et de nous surprendre. Figure emblématique du western, à travers la trilogie de l'Homme sans nom, et du film policier, avec la série de l'Inspecteur Harry, Clint Eastwood est passé à la réalisation en 1971 avec Play Misty for Me. Pas à pas, il a gagné ses galons, jusqu'à atteindre la reconnaissance unanime tant du public que de la critique.
    " Aujourd'hui, dit-il, je fais ce qui me plaît, comme il me plaît. Il m'a fallu du temps pour en arriver là. " C'est ce parcours que retrace Eastwood par Eastwood, qui est le fruit d'une complicité de près de trente ans. Clint Eastwood s'y prête au jeu des questions réponses avec autant de lucidité que de précision. Comment le passage à la mise en scène s'est-il imposé à l'acteur fétiche de Sergio Leone et de Don Siegel ? Pourquoi s'est-il impliqué dans la production de projets insolites, parfois risqués, alors qu'il pouvait se reposer sur ses acquis ? Comment a-t-il pu mener à bien des films personnels dans une industrie régie par les studios ? Par quels détours cet anticonformiste légendaire est-il devenu l'un des maîtres du cinéma américain contemporain ? Ce dialogue avec Michael Henry Wilson permet à Eastwood de raconter ce qui lui tient le plus à coeur : le jazz et le cinéma, Carmel et Hollywood, l'histoire passée et présente de l'Amérique.
    Avec intelligence, humour et modestie, il commente chacun de ses propres films, ses westerns comme ses films policiers, jusqu'aux oeuvres de la maturité, de plus en plus inclassables. Cette nouvelle édition mise à jour présente les films les plus récents de Clint Eastwood : L'Echange (2008), Gran Torino (2008) et lnvictus (2009). À travers une illustration abondante comprenant de nombreuses photographies de la collection personnelle du cinéaste, notamment sur ses années de jeunesse et ses débuts d'acteur, Eastwood par Eastwood restitue la carrière et l'oeuvre d'Eastwood dans toute sa richesse.
    Une biographie et une filmographie complètent cet ouvrage de référence.

  • Entretien avec Clint Eastwood. Michael Henry Wilson. En plus de quarante ans, Clint Eastwood est devenu un mythe du cinéma américain. L'acteur des westerns spaghetti de Sergio Leone, le " dirty Harry " de Don Siegel est devenu, au fil du temps, un réalisateur respecté, puis un immense cinéaste, adulé en Europe où il a obtenu le statut de classique. Ami d'Eastwood depuis plus de vingt ans, Michael Henry Wilson a pu, film après film, recueillir les propos du maître, dans des entretiens qui cernent au plus près l'art du cinéaste et dessinent, touche après touche, la personnalité d'un homme dont l'image a considérablement évolué. De l'acteur mythique du Bon, la Brute et le Truand, aux premiers chefs d'oeuvre comme Honkytonk Man et Pale Rider, des films de la consécration (Impitoyable, Sur la route de Madison, Minuit dans le jardin du bien et du mal) aux réalisations crépusculaires de ces dernières années (de Mystic River à Lettres d'Iwo Jima), le questionnement familier et exigeant de Michael H. Wilson permet à Eastwood de dévoiler une part de son secret. Magnifiquement illustré de photos de films, de tournage, de portraits et de documents biographiques rares et inédits, ce livre est la somme sur Eastwood.

    Michael Henry Wilson est né et a grandi à Paris. Cinéaste, historien du cinéma, collaborateur de la revue Positif depuis trente ans, il a publié, notamment, Le Cinéma expressionniste allemand, Voyage de Martin Scorsese à travers le cinéma américain, Raoul Walsh ou la saga du continent perdu... Il vient de réaliser un documentaire sur Clint Eastwood intitulé Clint Eastwood, le franc tireur.

  • Nourri des classiques du cinéma hollywoodien comme des nouvelles vagues européennes, Martin Scorsese est révélé par Mean Streets (1973), une chronique semi-autobiographique située dans le milieu italo-américain de New York.
    Trois ans plus tard, il reçoit la Palme d'or cannoise pour Taxi Driver (1976), qui marque sa rencontre avec le scénariste Paul Schrader et consacre sa collaboration avec Robert De Niro. Depuis, de Raging Bull (1980) aux Affranchis (1990), de La Dernière Tentation du Christ (1988) à Kundun (1997), du Temps de l'innocence (1993) à Gangs of New York (2002), de Casino (1995) à Shutter Island (2010), en passant par la série télévisée Boardwalk Empire (2010) et les documentaires qu'il a consacrés à sa famille (Italianamerican, 1974), à la musique (The Last Waltz, 1978) ou au cinéma (Un voyage à travers le cinéma américain, 1995), il s'est imposé comme un des maîtres incontestés du cinéma mondial.
    Depuis près de quarante ans, de Paris en 1974 à New York en 2011, Michael Henry Wilson suit avec passion la carrière de Scorsese. Leur dialogue, qui au fil du temps est devenu un rituel, nous permet de partager les processus créatifs d'un réalisateur qui ne vit que par et pour le cinéma. Scorsese par Scorsese embrasse l'oeuvre de Scorsese dans sa totalité, depuis ses premiers courts métrages, au début des années soixante, jusqu'à ses projets les plus récents.
    L'iconographie comprend de nombreux documents, souvent extraits des archives personnelles du cinéaste : notes, dessins, manuscrits, story-boards, photos de famille ou de plateau. Une filmographie détaillée complète cet ouvrage de référence.

  • Les entretiens de Michael Wilson avec Martin Scorsese, commencés dès ses premiers films avec Mean Streets en 1974, sont devenus un rituel auquel rien ne déroge. Au fil du temps, l'entretien devient dialogue de plus en plus approfondi, la confiance est palpable dans la densité des échanges
    d'idées tant sur les films que sur les projets ou le sens général d'une oeuvre qui s'élabore. Les chapitres restituent la chronologie de ces rencontres et couvrent toute la filmographie de Scorsese, regroupant parfois plusieurs films réalisés dans une période rapprochée. La qualité des propos et le caractère systématique des rendez-vous confèrent à l'ensemble une grande qualité littéraire et le mouvement d'un récit, celui de la création d'une oeuvre par l'artiste lui-même. Ces entretiens sont richement illustrées des photos et archives personnelles du cinéaste. Scorsese nous a ouvert tous ses dossiers avec la plus grande générosité nous laissant choisir tout ce qui dans ses notes, dessins, manuscrits, photos de famille ou de plateau pouvait éclairer ses
    conversations avec Michael Wilson. Deux textes synthétiques sur Scorsese par Michael Wilson ouvrent et closent les entretiens. En annexe, un index et une filmographie complètent l'ouvrage.

empty